dimanche 8 novembre 2009

Labyrinthe

Labyrinthe de la Cathédrale de Chartres
Extraits à propos du symbole du labyrinthe - Le dictionnaire Marabout des symboles
"Lieu où il est facile de s'égarer, de se décourager, le labyrinthe évoque le désespoir de ceux qui errent sans avoir entendu l'appel intérieur vers la spiritualité ou privés de doctrine extérieure. Il représente aussi la complication, les difficultés et épreuves du parcours initiatique que tout individu doit suivre dans la recherche du Soi, le centre de sa personnalité où s'effectue la seconde naissance. Traditionnellement, le labyrinthe comptait 3 chemins, l'un n'aboutissant nulle part, symbole de l'errance du Fou du Tarot, de l'inconscience; le second comportant de nombreux détours où l'on s'égare, symbole des fardeaux superflus dont nous nous chargeons; et enfin le troisième, conduisant directement à l'extérieur, symbole de la Connaissance directe."

"Sur le plan individuel, le Minotaure du labyrinthe représente les aspects néfastes de notre personnalité, les instincts réprimés et refoulés devenus des complexes paralysants, les scrupules... Tout ce magma épuisant doit être détruit (mis à mort) si l'on veut retrouver ce troisième chemin pavé d'espoir, menant à la liberté et à la réalisation totale. Il suffit de suivre le fil d'Ariane (suivant le mythe, Ariane permet au héros, Thésée, de sortir du labyrinthe après avoir tué le monstre, en lui remettant un écheveau de fil de lin) symbole de l'imagination. Là où nous pensions tuer l'autre, c'est notre propre ego que nous sacrifierons; là où nous pensions cheminer vers un monde extérieur, nous atteindrons le centre de notre propre existence; là où nous pensions être seuls, nous serons avec le monde tout entier."

"Nous rejoignons ici l'idée de la spirale, du mandala, diagramme élaboré autour d'un centre, celui atteint par l'initié."

3 commentaires:

  1. Bonjour Michèle: Nous avons longtemps habité la ville de Chartres. Pour le solstice d'été, la nef de la Cathédrale était dégagée de ses chaises De nombreux "pèlerins" (beaucoup d'allemands!) marchaient lentement et pieds nus, en se concentrant fortement et suivaient ainsi les méandres du labyrinthe. Pour certains,il s'agissait aussi de capter l'énergie tellurique. Ce retour du religieux me semblait l'illustration du fait que les symboles sont enfouis aux plus profond du psychisme de l'homme et ne demande qu'à ressurgir à la conscience.C' était fascinant.Amitiés

    RépondreSupprimer
  2. @ Kraepelin

    cela existe toujours, j'ai encore un ami qui l'a fait récemment

    chaleureusement

    frédéric :)

    RépondreSupprimer
  3. j'aime beaucoup Jung , ce qui fait que je me suis arrête ici !

    Bonne fin de journée

    RépondreSupprimer