mardi 12 juillet 2011

Un rêve étrange

Le 28 juin, j'ai fait un rêve étrange! D'abord, une femme avec une petite chenille ou petit ver blanc ou crème, qui est son bébé. Je prends ce petit être entre mes doigts, me déplace tout en le regardant attentivement. Quand je reviens pour le remettre à sa mère, il y a dans la pièce où elle se trouvait avant quatre femmes qui, avec un air narquois, me disent que la mère est partie. Elle s'est éclipsée en laissant le bébé avec moi. Plus tard, ce petit invertébré est devenu un poisson qui ouvre la bouche très grand en poussant des cris ou des gémissements très désagréables. Il est blanc ou crème, comme le ver qu'il était avant. Je n'ai pas très envie de le garder avec moi. Plus tard, il est devenu un grand chien, brun je pense, mais un chien très étrange, à l'expression et à l'intelligence humaine. Un chien qui réagit beaucoup et de manière critique aux humains. J'ai peur de lui. Ma soeur Louise et son chum Reg sont avec moi mais pas pour longtemps. Je me demande comment je vais me sentir quand ils n'y seront plus, que je serai seule avec ce gros chien trop humain. J'ai peur de me sentir très mal à l'aise. Je pense aussi qu'il doit sûrement manger beaucoup. Je le vois dans une voiture de métro, il réagit vivement et sévèrement en entendant une conversation. Et tandis que je m'interroge, cherchant une échappatoire pour ne pas le garder, le chien me regarde en face et me dit: "Je suis ta conscience".

Commentaires:

Ma conscience! Alors pas question de m'en défaire, bien sûr!

D'abord une conscience larvaire. Quand on se sépare de sa mère et de son autorité, on fait un premier pas vers l'autonomie. Mais cette séparation ne se fait pas aisément ni rapidement. Le poisson pousse des gémissements: ça me fait penser quand j'ai commencé à écrire. J'exprimais souvent mes états d'âme, mes déchirements de conscience, la souffrance qui me tiraillait. Ça a duré quelques années. Ensuite, c'est devenu autre chose.

Le chien, sévère surmoi. Il ne me laisse rien passer. Je me souviens de tous mes manquements avec acuité. Les chiens sont souvent des guides, symboliquement et dans la vie. Vers où me mène cette vive conscience de mes fautes? J'ai interrogé ce chien et voilà ce qu'il m'a dit:

"Comme tu as pu le constater, je réagis vivement à tout ce qui est détonnant dans mon environnement. Je suis naturel, spontané. Pas hargneux, non, mais sévère parfois, je dirais plutôt sérieux, très sérieux. Ton sens de l'humour ne m'atteint pas ... C'est peut-être ce qui te met mal à l'aise. Tu as l'habitude d'entrer en contact souvent grâce à cet humour. Comme beaucoup de gens. Je suis instinctif et intelligent. Je suis comme je suis. Et tel quel je pense pouvoir m'entendre avec toi. Si tu ne triches pas! Après tout, je fais partie de toi.

Tu as peur que je mange beaucoup? Tu ne t'es pas vue t'empiffrer? Laisse-moi rire... ou plutôt pleurer, moi je ne ris pas! Je suis ta conscience ... impitoyable. Tu aimerais mieux m'oublier mais je suis toujours là. Imperturbable. De quoi je me nourris? De tout ce que tu apportes au moulin: tes "prises" de conscience, ce qui émerge de ton inconscient et qui te fait vibrer. Ce qu'il y a de bon en toi, de vrai."

Je continue à y réfléchir! Ma conscience, tour d'ivoire, tour d'y voir?

Michelle

9 commentaires:

  1. C’est un rêve très intéressant que tu rapportes là, Michelle, et un dialogue avec le chien qui ne l’est pas moins. C’est ton rêve, mais il a vraiment un aspect didactique dont chacun/e peut faire son profit, me semble-t-il. Tu l’as sans doute perçu ainsi puisque tu le proposes à notre méditation. Merci !
    Pour ma part, au delà de l’autonomie gagnée par rapport à la mère de chair, ou bien outre celle-ci, cela évoque le fait que chacun/e devient un jour la mère de ce germe de conscience issu du sein mystérieux de la Grande Mère et que chacun/e tient alors ce rôle maternel en nourrissant ce germe des « prises » de conscience comme te le dit avec finesse (et humour, malgré tout !) le grand chien. C’est souligné dans le rêve comme dans le dialogue avec le chien-conscience. Les quatre femmes pourraient représenter l’incarnation d’une femme, sa réalité terrestre dans les quatre directions de cet espace ; c’est à dire ta réalité de femme, désormais nourrice de ce germe de conscience.
    Soit : 1 - La Grande Matrice universelle source du germe de conscience, 2 - l’incarnation terrestre (les quatre) 3 - Toi : Michelle, femme ici et maintenant.

    Je suppose que le métro de chez toi est aussi souterrain, au moins en grande partie, et la présence vigilante du chien-conscience dans la voiture du métro me suggère que la conscience est nécessaire lorsqu’on engage un dialogue avec la profondeur en soi, on ne peut le faire à la légère. Le regard critique et le sens éthique sont indispensables pour ne pas errer dans « des chemins qui ne sont pas conformes à l’ordre *» (* Yi King)

    Voici les premières réflexions qui me sont venues suite à la lecture de ton billet du jour.

    Bien amicalement
    Amezeg

    P.S. Je gagerais volontiers que ce chien porte un notable point d’humour dans son sérieux, comme le Yang porte un point de Yin, et réciproquement, dans la figure bien connue du Tai Ki.

    RépondreSupprimer
  2. Ce chien plein d'humour vous interroge :Pour quoi auriez-vous peur de trop vous humaniser, de laisser vivre vos instincts, d'apprivoiser vos appétits, vos désirs, vos envies ? Il s'agit de l'évolution de l'enfant du stade larvaire, foetal au vertébré avec une trace d'abandon, d'éclipse de la mère, sorte de déni de maternité qui laisse une empreinte en vous, la peur de trop vous humaniser par fidélité à la mère. Le poisson invitant à dépasser ce stade pour asseoir votre spiritualité.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu,attentivement,ton discours,c'est vrai que c'est un rêve étrange mais plein de sens,je ne m'y connais pas beaucoup en explications de rêves,mais il me semble ici que tu dois être en conflit avec quelqu'un ou un évènement qui s'est passé tout dernièrement dans ta vie et qui a du te contrarier ou te bouleversé,inconsciemment tu y penses et cela se traduit en un rêve.
    Bravo pour l'écriture et le style......Amicalement.......JOCELYNE

    RépondreSupprimer
  4. Hypothèses, lecture aventureuse… ?? Voici quelques nouvelles réflexions qui me sont venues, Michelle, à propos de cette riche matière de ton rêve et de ton dialogue avec le chien-conscience :
    Ce germe de conscience embryonnaire, ver ou larve, puis poisson, puis chien, me fait repenser au champ labouré de ton billet « Champ et semailles ». Nous sommes chacun, dans notre incarnation, un champ individuel dans lequel est placé un germe de conscience venu de l’au-delà. C’est à ce petit champ que l’Universel (l’Impersonnel) sans forme confie ce germe afin qu’il croisse et se développe : « Ma vie est l’histoire d’une réalisation du Soi par l’Inconscient*» annonce Jung dans le prologue de « Ma vie ». Pour que cette réalisation progresse et s’accomplisse il faut que cette conscience se développe, elle est justement ce qui semble ne pouvoir se développer qu’ici dans le champ fertile que doit ou que peut être pour elle celui de l’individu incarné .
    Du ver chenille au chien doué d’expression et d’intelligence humaine la progression de ce germe originel de conscience est certaine et importante. Le proche départ de Louise et de Reg ( qui sont peut-être les maîtres d’un chien dans la réalité extérieure) pourrait marquer une relation plus directe et plus étroite encore entre toi et ton chien-conscience. Le couple de maîtres chien intérieurs qui assurait l’intérim de cette relation s’éclipse et tu vas former, sans intermédiaires, un couple direct avec ce chien conscience, une union étroite, une unité.. Lorsqu’il te dit qu’après tout, il fait partie de toi, c’est peut-être ce qu’il suggère également. C’est un nouveau pas en avant dans « la bonne direction », une étape importante qui t’effraie un peu car tu pressens ce qu’elle peut exiger comme nouveaux sacrifices pour la nourrir. Les prises de conscience dévorent parfois ce dont nous aimions jusque là nous « repaître », par exemple..

    * Traduction proposée par Étienne Perrot en remplacement de la traduction choisie par Roland Cahen et Yves le Lay qui est : « Ma vie est l’histoire d’un inconscient qui a accompli sa réalisation », traduction qui, selon Étienne Perrot, « émascule l’original et en évacue tout le mystère .»

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  5. A Amezeg,
    Merci pour tes intéressants commentaires, notamment sur le quaternaire féminin. La 4e figure serait peut-être alors la Michelle en devenir, comme l'exprime le Yi-King: "la tendance future", la 4e dimension étant le temps. Le métro de Montréal est entièrement souterrain, et j'y rêve régulièrement. D'ailleurs j'ai fait un jour un rêve où je descendais en ascenseur, et ensuite me retrouvais dans des tunnels souterrains, j'étais nue et un gros chien s'est élancé vers moi et m'a retenue en attrapant dans sa gueule les poils de mon aisselle gauche. Bizarre, n'est-ce pas! Ce que tu écris à propos de la Grande Mère et du germe de conscience ... et qui se continue dans ton second commentaire, en parallèle avec le champ à cultiver, me paraît très sensé. Louise et Reg n'ont pas de chien. Louise dans mes rêves comme dans la vie symbolise pour moi une personne qui sous certains aspects me ressemble (peurs, manque de confiance) mais plus simple, moins paradoxale que moi. Reg par contre m'intimide beaucoup et à vrai dire me fait ressentir un peu ce que je ressens face au chien. Il a un esprit critique et sa réserve me fige un peu. Donc ce que tu écris est tout à fait approprié, le contact direct avec le chien me paraît difficile, alors que Louise et Reg incarnent ce contact, ressenti de l'extérieur. Leur contact intime ne me concerne pas. Mon commentaire à Jocelyne, parce qu'il répond directement à son interrogation, complétera en même temps cette explication.
    Merci beaucoup, mon fidèle commentateur!
    Michelle

    RépondreSupprimer
  6. A mon 2e commentateur, complètement anonyme:
    Je retiens de votre commentaire que je ne comprends pas vraiment, l'aspect instinctif qui habituellement est symbolisé par les animaux, surtout les chiens et les chats, puisque l'instinct est ce que nous avons en commun avec eux. Eux sont instinctifs naturellement, et nous devons souvent retrouver notre instinct après l'avoir bafoué ou refoulé ou simplement ignoré pendant un certain temps. C'est un aspect intéressant du symbole du chien, merci de le souligner!

    A Jocelyne,
    Il est vrai que souvent le rêve nous parle d'un événement récent, mais celui-ci, je l'ai fait après avoir repensé à un événement arrivé il y a plus de vingt ans. Je faisais partie d'un groupe d'entraide en santé mentale. J'y ai connu une jeune femme, Linda. Et dans un moment où elle a eu besoin de moi, de mon support, je ne lui ai pas apporté l'aide qu'elle avait sollicité, et qu'elle aurait dû recevoir de moi. Peu de temps après, elle s'est suicidée. Je ne suis pas la cause de son suicide, bien sûr, mais je n'ai pas été présente pour apaiser son angoisse, la réconforter. J'ai toujours gardé son nom sur mes calendriers à la date de son anniversaire qui était le 18 juin. Je pense donc à elle bien sûr tous les ans vers cette date-là. Cette année, je ne sais pourquoi, je me suis dit que ça ne servait à rien de me culpabiliser, c'est une façon de gémir sur ses propres fautes. Je me suis dit que par contre je lui devais des excuses, donc sur mon chemin en allant travailler, je lui ai parlé intérieurement, je lui ai dit que j'étais sincèrement désolée et que j'espérais qu'elle m'avait pardonné. Je me suis excusée, et me suis dit que je serais plus "fine" si une telle occasion se présentait dans ma vie.
    Voilà ce qui a déclenché ce rêve. Je suis dans une période de transition, et dans ces temps-là, le moindre changement dans notre vision des choses est bon signe! J'ai toujours ressenti comme ça ces subtiles différences de point de vue. Ici la différence entre les gémissements du poisson (culpabilité) et l'attitude du gros chien (sens des responsabilités). Alors voilà l'explication selon moi!
    Merci beaucoup, Jocelyne, pour ton commentaire!
    Amicalement,
    Michelle

    RépondreSupprimer
  7. Je veux ajouter que j'ai fait ce rêve le lendemain de cette réflexion et de mes excuses à Linda.
    Michelle

    RépondreSupprimer
  8. Je crois que tu as trés bien analysé la situation et trouvé l'explication de ce rêve. ILs
    arrivent soit aprés un évènement traumatisant,soit ils sont prénomitoirs.

    Bonne journée Michelle.......Amitiés et bises sincères....JOCELYNE

    RépondreSupprimer
  9. Vous avez dit bizarre, ma chère cousine…du Québec. ;-)
    « - Oui, vous regardez votre couteau et vous dîtes bizarre, bizarre. Alors je croyais que ...
    - Moi, j'ai dit bizarre, bizarre, comme c'est étrange ! Pourquoi aurais je dit bizarre, bizarre ?
    - Je vous assure mon cher cousin, que vous avez dit bizarre, bizarre.
    - Moi, j'ai dit bizarre, comme c'est bizarre !" (Drôle de drame – de Marcel Carné, avec Michel Simon et Louis Jouvet)
    En toute hypothèse :
    Il arrive que l’on se jette à corps perdu, totalement offert-e (nu-e) dans l’action intérieure, le bras gauche est alors hyper-actif et, pour le freiner un bon chien psychopompe fera peut-être appel à la part d’animalité(poils) instinctive qui demeure à l’aisselle de ce bras de l’action intérieure et qui est en somme parente de l’instinct de ce bon guide à quatre pattes. L’union fait la force et limite les risques d’aller trop vite, trop fort et trop loin dans la découverte du monde souterrain.

    À propos des quatre femmes, ce que je voulais dire est que ces quatre représentent peut-être, à elles quatre, l’incarnation elle-même : les quatre dimensions de l’espace terrestre dans lequel nous évoluons lorsque la séparation d’avec la Grande Mère universelle s’est opérée. C’est pourquoi elles se trouvent entre la mère du germe et toi-même. (Je me doutais que ces chiffres 1,2,3, que j’avais notés pouvaient prêter à confusion, mais je manquais un peu de temps et d’inspiration pour mieux l’exprimer.)
    Je trouve toutefois intéressante ta proposition de voir la quatrième comme « la tendance future ».

    Je trouve aussi que JOCELYNE, bien qu’elle dise manquer d’expérience quant au sens des rêves, n’a vraiment pas manqué de « nez » en subodorant le contexte associé à ce rêve.

    Amezeg :-)

    RépondreSupprimer