mercredi 24 juillet 2013

LA PETITE FILLE


Attention:  Dans cet article, je parle du dénouement du livre "Dôme" de Stephen King, alors si vous ne voulez pas en savoir trop d'avance sur l'histoire du livre ou de la série télé ... je vous conseille de revenir plus tard! 

Rêve du 28 décembre 2012

Je suis une fillette parmi d'autres.  Nous sortons de l'école et longeons un parc ou la cour de l'école.  Je me souviens d'être passée par là auparavant et il s'y trouvait quelque chose d'intéressant.  Mais aujourd'hui, il n'y a qu'un grand singe assis tranquillement dans un récipient rond ... je me demande pourquoi je ne trouve pas ce singe intéressant, après tout c'est plutôt inusité.   Au moment où nous passons devant lui, le grand singe nous fait une grimace.  (Il n'en a rien à cirer, qu'on soit ou non intéressées par lui).

Image 2 janvier

Une mère et une fillette se serrent l'une contre l'autre.  Elles doivent se séparer.  La fillette recevra l'enseignement d'un maître.   Je ne vois pas le maître en question mais je ressens sa présence, je ressens aussi plus que je ne vois la mère et la fillette, comme si j'étais placée à côté du maître, qui attend un peu plus loin.

Paroles entendues 7 janvier 

(Approximatif)  "Quand on est petit on ne veut pas reconnaître ses fautes."

Image 16 février

Un garçon indien en classe lève un bras.    Il semble souffrant, tremblant, mais son geste est énergique.   Sa main me semble chargée ... de bijoux?

Image 17 février

Un homme est en train de donner un spectacle sur une scène.  Il prend une fillette et la brasse, la manipule jusqu'à ce qu'elle devienne toute molle.

Détail d'un rêve 8 mai

Une fillette que je vais payer pour me rendre ce service m'accompagne.   Entre autres activités: nous avons chacune une maison de poupées.   La sienne est chargée d'énergie.   Nous faisons des manipulations et nous prenons des notes après chaque manipulation, interprétons les résultats.

Bribe de rêve 14 mai

Une fillette et un homme, blonds tous les deux, assis au cinéma ensemble.   Je les vois de dos.   Le film est terminé, le générique commence à se dérouler.

Image du 25 mai

Je vois le bras d'un bébé géant qui, je le ressens, modèle quelque chose avec sa main.
(Est-ce que c'est moi qu'il modèle, puisque je le ressens?)

Le lendemain, dans un livre sur Stephen King, je lis à propos du nom de Dolores Claiborne (le personnage principal et titre d'un de ses livres):  "Dolores est une variante anglaise du latin "dolor", "souffrir" et claiborne rappelle aux lecteurs qu'ils sont, comme Dolores, nés de la glaise  (clay born "né de la glaise" en anglais, NdT) - ou dans le cas des femmes qu'elles sont destinées à porter la glaise de nouvelles vies.  L'influence des parents sur les enfants et des enfants sur les parents, contrôle le roman."

Mes notes:  "Le bébé en moi contrôle d'une certaine façon ce que je suis, il me pétrit à sa guise.   Le bébé joue et modèle ce qu'il veut avec la pâte à modeler.   Il est immature - normalement ça ne devrait pas être lui qui contrôle - bras géant, grande influence pour un bébé!!!)

J'étais en train de lire une histoire de Stephen King, où une ville entière se retrouve sous une bulle transparente.   Je note ceci:  "Le dôme, symboliquement, me fait penser à la bulle dans laquelle notre égo nous enferme.  Les différents personnages s'y associent ou s'y affrontent.  Quand l'explosion se produit, l'air y devient irrespirable, et une poignée seulement d'humains s'en sortent vivants... ils s'en sortent parce que à la fin Julia réussit à toucher l'enfant extra-terrestre qui les observe comme s'ils étaient des fourmis et ne valaient pas la peine qu'on se soucie d'eux.   Elle parvient à lui faire ressentir qu'ils sont vivants, et non des jouets.  

Eh bien, le bras géant du bébé, c'est comme un prolongement de cette situation, l'équivalent:   le bébé tout-puissant qui modèle à sa guise ce qu'il tient dans sa main.   Le bébé ou l'enfant extra-terrestre qui, avec d'autres enfants, s'amuse à regarder ce qui se passe quand un dôme transparent contient une ville entière, la tient sous la férule de l'enfant curieux mais indifférent à leur sort.  

La ville, la cité, symbolise le soi, en tant que mandala, parfois.   Ici la ville est plutôt en forme de botte.   Et c'est un champ magnétique qui forme ce mur, qui le maintient en place, une boîte inamovible en est le centre."

Image et paroles 28 mai:   La fillette récalcitrante

Une voix masculine m'a dit:   "Je vais te l'apporter"  ou  "Je vais te la porter."  J'ai vu un homme qui avait soulevé une fillette recroquevillée, donc récalcitrante?  Je me suis dit que c'était étrange qu'il vienne me porter quelque chose par l'intermédiaire de cette enfant.   Je m'imaginais qu'il mettait cette chose dans la main de l'enfant et me l'apportait de cette manière.   Dans un 2e temps, je me suis dit que ce qu'il m'apportait ou me portait c'était sûrement la fillette elle-même!

Pourquoi cette fillette est-elle récalcitrante?   Comme une enfant qui voudrait rester avec son papa plutôt que d'être emmenée chez maman!   Elle veut rester dans l'inconscient avec son papa l'animus?   Elle y est depuis ma propre enfance.   Donc elle s'infiltre en moi très souvent mais ne veut pas faire partie de mon conscient, ma conscience?   Petite-fille extra-terrestre qui me manipule mais ne veut pas être attrapée!   Mais je sais quand tu es là petite fille ... enfin je le sais parfois.   Tu es de plus en plus "visible".

Image 10 juin

Un enfant dans les bras de sa mère.   Je les vois derrière une grande vitre.   L'enfant porte un très grand chapeau sur la tête.

Image 13 juin

Un bébé déterré  (une fillette je pense).   Elle a encore de la terre sur le visage.   J'ai l'impression vague que c'est un 2e bébé.   Ce n'est pas macabre, plutôt le contraire, un événement joyeux, une délivrance.

Image et paroles 14 juin

Je vois une fillette, remarque son visage, celui d'une femme.   Elle se penche et m'embrasse et j'entends:   "On va attendre".   (Je sais que c'est moi qu'elle embrasse, mais je vois la scène comme si j'étais observatrice).

Synchronicité 21 juin

J'ai lu dans Dr Bloodmoney de Philip K. Dick une histoire farfelue à propos d'une fillette qui portait son frère jumeau en elle.   Le même jour sur Facebook je lis une histoire vraie celle-là d'une fillette très jeune qui a dû être opérée parce qu'elle portait dans son ventre le foetus de son frère (ou sa soeur?) et qu'il grossissait.   Encore le motif du jumeau, cette fois-ci dans une relation étrange, où l'un des deux parasite l'autre parce qu'il ne peut se développer librement et adéquatement.   On appelle ces malformations symbiotiques:  ischiopagus.   

Cette synchronicité me fait penser à ce que je ressens lorsque la petite fille en moi émerge et que j'en prends conscience, ce qui arrive souvent depuis environ deux ans je crois.   Bien sûr elle fait partie de moi depuis toujours, mais ces derniers temps j'en suis plus consciente.

Rêve du 29 juin

Il y avait un ascenseur spécial.   Une femme est à côté de l'ascenseur (ancienne collègue du CLSC).   Elle dit qu'il faut avoir fait des études supérieures pour le faire fonctionner.   Mais des femmes peuvent obtenir de ces personnes qui ont fait des études supérieures un code qui leur donne accès.   Elles entrent dans l'ascenseur avec leur fillette qu'elles n'aiment pas.   Cet ascenseur est sur un mur extérieur de la maison où je vis.    Les femmes et les fillettes qui entrent dedans arrivent quelque part à l'intérieur de la maison.   Je suis préoccupée par l'endroit où elles aboutissent.   Je me demande aussi dans quel état je vais les retrouver.   J'entre dans la maison pour tenter de trouver l'endroit de l'aboutissement.

Que se passe-t-il dans cet ascenseur?   Un processus de transformation?   Cet ascenseur ne monte pas, il s'enfonce, on le prend pour aller en profondeur.   Quel sera le résultat de ce séjour dans l'espace restreint, mystérieux de cet ascenseur très spécial?   La profondeur de la maison:   vie intérieure.   Il n'est question dans ce rêve que de femmes et de filles, que de féminin.   Cette femme qui est à côté de l'ascenseur est dans la vie très extravertie.   Je l'ai entendue une fois parler d'une fillette en nommant son nom tout haut, dans un lieu public et dans son propre quartier.   Elle parlait de son comportement inacceptable.   En y repensant, je me dis qu'elle faisait évidemment une projection sur cette fillette.   Elle-même a souvent eu un comportement inacceptable.   Elle est agressive et perd le contrôle sur elle-même dans certaines circonstances. 

Les mères qui ont de la difficulté à aimer leur fillette projettent sur elle leur propre difficulté à s'aimer elles-mêmes.   Qu'est-ce qui se passe dans cet ascenseur?   Peut-être au bout du compte une réconciliation.

Petite fille qui fais partie de moi, ton air satisfait d'enfant sage, au-dessus de ses affaires, cache en réalité une grande peur d'être blâmée, de susciter la colère, de ne pas être acceptée, de ne pas être aimée.   

Cervantes a écrit:   "Garde toujours dans ta main la main de l'enfant que tu as été".

Petite fille, je t'aime, tu sais!

Michelle
24 juillet 2013   

4 commentaires:

  1. te revoilà , bravo je reviens te lire plus tard

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Michelle,

    Je vois que « la fillette était sur le métier intérieur » depuis ces quelques mois ou ton blog sommeillait... :-)

    Le rêve du 29 juin faisant suite a la synchronicité du 21 juin me conduit à me poser cette question :
    Les femmes qui ont fait des études supérieures seraient-elles des femmes qui ont pu laisser se développer " librement et adéquatement" le frère intérieur qu’elles portaient en leur sein ? L’entourage peut voir d’un mauvais œil le bon développement de l’animus chez une fillette, s’en inquiéter ou en être jaloux et "pratiquer une opération“ pour en " délivrer la fillette", c’est à dire pour se rassurer ou pour satisfaire sa jalousie inconsciente en tâchant de s'opposer de diverses façons à ce bon développement de l'aniimus..

    Amicalement,
    Amezeg

    RépondreSupprimer
  3. Ma petite réflexion se poursuit...

    « Que se passe-t-il dans cet ascenseur? Un processus de transformation? Cet ascenseur ne monte pas, il s'enfonce, on le prend pour aller en profondeur. Quel sera le résultat de ce séjour dans l'espace restreint, mystérieux de cet ascenseur très spécial? La profondeur de la maison : vie intérieure. »

    Il s’agit donc sans doute de "descendre pour mieux monter", de plonger en soi pour faire monter les eaux d’en-bas, les profondeurs inconscientes, et les changer ainsi en conscience. Le bon développement d’une juste relation avec l’animus donne à une femme la possibilité de réaliser cela et la petite fille parvient sans doute ainsi à l’accomplissement de son destin, à la réalisation de ce qu’elle portait en elle et qu’il fallait « déterrer » pour lui donner le jour, le mettre à jour aussi (l’actualiser). Une joyeuse délivrance, en effet.

    Amezeg

    RépondreSupprimer
  4. Merci beaucoup, Amezeg, pour ta visite sur mon blog et tes commentaires. Il a été bénéfique pour moi d'écrire ce billet. Mon point de vue sur cette fillette, ma façon de la ressentir, a légèrement changé. C'est toujours bon signe. Je suis en vacances, ça fait du bien d'avoir plus de temps à moi, quatre semaines de suite cette année, il m'en reste une. De là cet article que j'ai eu le temps d'écrire. A quand le blog d'Amezeg? Tu en aurais tellement à dire ... et c'est très thérapeutique!
    Bisou amical,
    Michelle

    RépondreSupprimer